Cameroun 2010

27 février 2010

     Au Cameroun comme dans d’autres pays du continent africain, il est souvent nécessaire de travailler avec des associations locales fiables. D’une part parce que les bénévoles ont des relais dans les villages ayant des besoins avérés et d’autre part parce qu’ils se déplacent dans ces villages pour tranporter et distribuer sans intermédiaire les denrées alimentaires de première nécessité, les médicaments et vaccins, les vêtements et le matériel scolaire.

     Ce sont eux qui sélectionnent les projets annuels en fonction des urgences, qui établissent des relais avec les administrations et se chargent des collectes et des achats.

   »Jeunesse Active pour le Développement en Milieu Rural au Cameroun » (J.A.D.M.R.C.)  est notre association partenaire au Cameroun. Son siège social est situé à Yaoundé, la capitale, et sa présidente est Michelle Bassy. Elle intervient dans les quartiers défavorisés de la capitale et dans les villages de trois provinces.

     Lors de mon séjour récent au Cameroun (Janvier- Février 2010)  nous avons ensemble arrêté les choix et fixé les objectifs pour l’année en cours. Trois projets ont été retenus.

     1)   aide alimentaire et vestimentaire aux villages pygmées près de Lolodorf.

     2)   Projet de forage  dans un village de brousse.

      3) Agrandissement d’un atelier de couture destiné aux jeunes filles du quartier Essos à Yaoundé.

     Vous trouverez ci-dessous, le rapport de la visite dans le village pygmée ainsi que les photos, et la description chiffrée des deux autres projets.

 

                 VISITE CHEZ LES PYGMEES DE LOLODORF   ( Février 2010 )

       Si les villages pymées de Kribi et Bipindi, situés dans la région sud près de l’océan, sont parfois visités par les O.N.G. et les touristes, en revanche ceux de Lolodorf, à mi-chemin entre Yaoundé et Kribi sont difficilement accessibles. A partir de Lolodorf il faut emprunter une piste de 10 kms, puis marcher deux heures à travers une forêt équatoriale humide et dense où l’on peut facilement se perdre sans guide local.

        Les pygmées vivent de la chasse et de la cueillette. Il n’y a ni agriculture ni pêche. La région est placée sous influence équatoriale et les pluies sont abondantes et régulières de mai à Novembre. Les villages sont alors isolés, le sentier en forêt se transformant en torrent. Les besoins de base sont donc alimentaires et vestimentaires et l’acheminement de la nourriture doit se faire en saison sèche, comme le montrent les photos ci-dessous.

       Lors du  premier week-end de Février 2010 nous avons apporté des sacs de riz de 25 kgs, des sacs de sel, de l’huile, des condiments et du poisson. Nous avons aussi fait le recensement des besoins en vêtements. La nuit fut courte!…car tout le village a chanté et dansé jusqu’à 6 heures du matin. Ce fut une visite inoubliable car l’accueil était chaleureux et les enfants se pressaient pour se voir en photo sur l’appareil numérique, mais aussi un combat contre les guêpes locales porteuses de paludisme et les énormes mouches tsé-tsé!

            Christian HUGUET.

 

 

 

village pygmée de Lolodorf

27 février 2010

cimg1428.jpg michelle Bassy en route vers le village

cimg1427.jpg dans la forêt équatoriale

cimg1433.jpg vue du village

cimg1432.jpg vue du village

cimg1430.jpg les enfants du village

PROJET DU FORAGE

27 février 2010

Siège social : Essos Chapelle B.P :                 Yaoundé-Cameroun 

Tél : (+ 237) 99 90 62 69 / 96 67 14 25 / 96 07 54 91 
                          
PROJET POUR LA CONSTRUCTION D’UN FORAGE DANS UN VILLAGE DE LA REGION DU CENTRE AU CAMEROUN

Domaine d’activité : But non lucratif PREAMBULE DU PROJET 

Se projet sera réalisé dans la Région du Centre, Département du Nyong et Kellé, Arrondissement de Makak. La date de démarrage du projet est prévue le 05 Avril 2010 et la durée du projet est de un (01) mois. Le projet est soumis par l’Association Jeunesse Active pour le Développement en Milieu Rural au Cameroun (J.A.D.M.R.C). 

Ce projet sera réalisé en collaboration avec d’autres Organisations, par l’aide de certains membres d’honneurs de l’Association, la Commune rural et la Chefferie du 1er, 2ème et 3ème degré de Bot Makak. Le coût total du projet est estimé à 6 353 500 ( six millions trois cent cinquante trois mille cinq cent)  francs cfa soit 9685, 31 Euros. 

I-PRESENTATION GENERAL I.1 Contexte du projet 

L’origine du projet et les activités effectuées: -         Manque d’eau potable occasionnant beaucoup de maladies -         Distribution du metison à l’ouest du pays (Bazou) 

-         Le projet nait dans un contexte où selon les statistiques 2004 de l’INS au Cameroun 85% de ménages en zone rurale n’ont pas accès à l’eau potable. 1.2 Justifications du projet  

-  ravitaillement de la zone en eau potable - Lutter contre les maladies (cholera, amibes, diarrhée,…) - L’eau c’est la vie (adéquation du projet avec les objectifs du millénaire pour le DUP). 

 1.3 Groupe cible 

- Milieu rural (femmes, enfants de 0 à 5 ans en milieu rural).  II-METHODOLOGIE 

II.1 Objectif de développement Le projet contribue à : -          faciliter l’accès à l’eau potable aux populations rurales par l’installation d’un forage, 

-         renforcer leur aptitude à la création d’activités génératrice de revenus ; -         au développement du village ; -         la bonne santé des habitants de la région en particulier de cette zone ; -         lutter contre les maladies causées par l’eau sale. 

II.2 Objectifs immédiats -         avoir de l’eau potable dans le village ; 

-         réduire les maladies causées par l’eau sale. II.3 Stratégie du projet -         étudier le terrain adéquat au projet 

-         creusage, fabrication de la dalle par les ouvriers du village pour diminuer le chômage. II.4 Produits (les résultats à obtenir pour atteindre l’objectif immédiat) 

-         creusage de 30 m de profondeur -         introduire des buses de 10 m de diamètre -         achat de petit matériel -         achat d’une manivelle 

-         achat d’une poulie -         main d’œuvre pour la réalisation du projet. II.5 Plan de travail 

-         étude du terrain -         creusage -         introduire des buses 

-         introduire des produits dans l’eau -         mise en place de la dalle -         installation de la manivelle -         l’eau potable est à l’usage. 

III-RESSOURCES DISPONIBLE, ASSISTANCE DEMANDEE, BUDGET III.1.Ressources disponible : 

-         le personnel (Ingénieur, Technicien et les ouvriers) III.2. Assistance demandée a)     équipement : une manivelle et une poulie 

b)     assistance financière. Le budget s’élève à un montant de 6 353 500 F CFA soit 9685.31 Euros Fait à Yaoundé, le 26 Février 2010 La Secrétaire de l’Association 

ATELIER DE COUTURE

27 février 2010

      Siège social : Essos Chapelle  B.P :                 Yaoundé-Cameroun Tél : (+ 237) 99 90 62 69 / 96 67 14 25 / 96 07 54 91 
PROJET POUR L’AGRANDISSEMENT ET LE RENFORCEMENT  DU MATERIEL DE L’ATELIER DE COUTURE 

LOCALISATION DE L’ATELIER L’atelier est situé à Essos-Yaoundé, Région du Centre, Département du Mfoundi, Arrondissement de Yaoundé V. 

OBJECTIFS PRINCIPAUX  1)     augmenter le matériel d’apprentissage 

2)     former les jeunes Camerounais (es) 3)     agrandir l’atelier de couture. OBJECTIFS SECONDAIRES 

-         assurer l’avenir de certains jeunes camerounais (es) en les formant en couture  -         doter l’atelier d’un matériel performant -         recruter de façon permanente des jeunes camerounais (es) en quête d’apprentissage d’un métier. FICHE TECHNIQUE 

Désignation  Qté  P. Unitaire  P.Total 
Machines à coudre électrique ( Singer confidence 7470)  02  393 000  786 000 
Machines à coudre électrique (Singer Surjeteuse 145H644)  04  195 190  780 760 
Machines à coudre électrique (Curvy 8763)  02  216 150  432 300 
Machine à broder Melco système modulaire (l’ultime polyvalence)  01  500 500  500 500 
Tables pour machines  07  25 000  175 000 
Tables de repassage  02  20 000  40 000 
Fer à repasser (à vapeur)  02  75 000  150 000 
Bobines de files de plusieurs couleurs  100  500  50 000 
Agrandissement de l’atelier  FF  500 000  500 000 
TOTAL  3 414 560 

Le coût total du projet est estimé à : Trois Millions Quatre Cent Quatorze Mille Cinq Cent Soixante Francs Cfa.         Soit    5213 Euros  Fait à Yaoundé, le 26 Février 2010 La Secrétaire de l’Association 

photos du projet Antsalaka

25 février 2010

cimg0856.jpg irrigation dans le village d’Antsalaka.

cimg0855.jpg A gauche le directeur de l’école primaire et le maire du village à droite.

cimg0853.jpg Une femme d’affaire responsable du projet.

cimg0857.jpg vue de l’église du village.

ANTSALAKA

23 février 2010

    Antsalaka est un village malgache agricole situé 70 kms au sud de Diégo-Suarez (Antsiranana), la capitale régionale du nord de l’île. On y accède par la nationale 6, en assez mauvais état, puis par une piste de 10kms pratiquable en toute saison. Ce village de 7000 habitants n’est pas un des plus pauvres de la région, mais est dépourvu de toute structure sociale et administrative.

   Les efforts entrepris par le maire du village, un médecin malgache, et un groupe de femmes d’entreprise et de commerçantes de Diégo ont déjà permis de sortir le village de son isolement qui freine son développement économique. Outre les puits construits et l’irrigation des cultures autour du village, le maire a créé un dispensaire et une pharmacie de brousse.

   Ce qui m’a le plus frappé en arrivant dans ce village, c’est la qualité de l’accueuil des adultes, leur sens du partage, leur ouverture d’esprit…et le sourire des enfants. 70% de la population a moins de 18 ans! La végétation luxuriante et les fleurs qui entourent les maisons de bois ou en tôle ajoutent un charme supplémentaire à l’environnement.

   Antsalaka détient aussi un record fragile dans la région : 80% des enfants sont scolarisés à l’école primaire, ce qui est rare. Mais dans quelles conditions!! L’école primaire esr située dans un vieux hangar sombre au centre du village. Quand je m’y suis rendu, en Juin 2009, c’était pour soutenir le projet de construction d’une seconde école pour que les enfants puissent apprendre à lire, écrire et compter dans de meilleures conditions. En effet dans la classe de CP-CE1 il y avait 125 élèves pour une institutrice qui travaille 9 heures par jour!

   Le projet consiste à construire une nouvelle école de 3 classes avec un préau pour rester à l’ombre (ou à l’abri de la pluie!) , un terrain de sport pour le football et le basket-ball et des sanitaires qui manquent cruellement dans l’école actuelle Le but est d’arriver à avoir des classes de 40 à 45 élèves et une meilleure hygiène de vie. Le coût de ce projet est de 7000 euros. Son financement est pris en charge par les femmes de Diégo que j’ai citées plus haut.

   Le bâtiment est une chose mais il y a tout le reste!! Les parents d »élèves du village ne sont pas des assistés attendant des subventions. Ce sont des adultes motivés qui vont fabriquer tables, bancs et armoires de rangement. Il y a aussi besoin d’institutrices diplômées et les candidatures ne manquent pas…ce qui manque, c’est de quoi les payer! le gouvernement n’ayant pas prévu d’en engager (le salaire d’une institutrice est d’environ 40 euros par mois sur 9 mois par an!!)

   Enfin il y a le matériel scolaire et la constitution d’une bibliothèque par niveau de classe. C’est la contribution que j’aimerais apporter, sachant que 2 cahiers, 2 stylos, une ardoise et la craie reviennent à 3 euros par enfant et par an. seule la réalisation de ce projet permettra de maintenir une forte fréquentation scolaire. Dans le cas contraire, certains parents seront tentés d’envoyer leurs enfants travailler dans les plantations!

   Enfin, le but à moyen terme est de faire en sorte que les élèves les plus motivés puissent aller au collège (privilège des grandes villes) ou que l’aîné(e) d’une famille nombreuse puisse servir de relais et de tuteur pour ses petits frères et soeurs.

   Si vous souhaitez aider ces enfants et leur famille, merci de me répondre sur ce site ou de m’envoyer un courrier par mail:  chrisvazaha@hotmail.fr. Et merci de partager cet article avec vos amis…